UNE VIE BIEN REMPLIE

Publié le par l'équipe du journal

            Tout commence par une décision du conseil municipal. En effet, le 28 avril 1956, ce dernier est d’accord pour que la pompe à incendie d’un modèle ancien et qui est en mauvais état soit remplacée par une motopompe. Le 20 septembre de la même année, suite aux réponses de l’appel d’offres, le conseil décide l’achat d’une    motopompe 30 m3 heure de marque « Berliet »

 

Monsieur Emile Henrat, chef du corps de sapeurs-pompiers de Saint Etienne, ira chercher la nouvelle motopompe à Rethel. Pour cela il lui faudra déjà trouver un véhicule avec un crochet d’attelage. C’est Monsieur Journet François qui prête sa voiture.

            En arrivant, il la trouve avec l’inscription « Ville de Saint Etienne à Arnes »

            Pour que les pompiers sachent bien s’en servir, une manœuvre a lieu tous les premiers dimanches du mois sauf l’hiver.

            Au cours de l’année 1981, on lui installe un démarreur électrique  pour éviter les coups de manivelle

            Fidèle au poste, cette motopompe rendra de nombreux services lors de sinistres sur la commune. Les principaux sont :

            En 1964, incendie de grange chez Monsieur Roussy Jules (aujourd’hui 7 rue de l’église)

            En 1983, incendie de grange chez Monsieur Cadart Alfred (aujourd’hui 9 rue de la Tour)

            En 2004, incendie de hangar chez Monsieur Gilot Michel (ancienne porcherie)

            Mais il y aura aussi des petits feux et des caves inondées à vider….

            Elle quitte l’ancienne remise à pompe rue du Blanc Mont en 1999 pour prendre ses nouveaux    quartiers dans l’ancien lavoir réaménagé.

            Le 3 décembre 2003, le conseil municipal décide la mise à disposition du CPI Saint Etienne au département des Ardennes. Dès lors le matériel, dont fait partie notre motopompe, est à disposition du SDIS (Service d’Incendie et de Secours des Ardennes).

 

Le mercredi 31 mai 2006 à 23h02, tous les Bips des pompiers de Saint Etienne sonnent : Que se passe-t-il ?

La question trouve rapidement une réponse puisque l’incendie  visible à des kilomètres se trouve à coté de la caserne. C’est la maison en bois de M. Titaux qui brûle. Très rapidement, la motopompe est mise en place rue de la forge avec 2 petites lances pour   protéger la maison voisine des flammes.

Nous supposons qu’il n’y a personne à l’intérieur. Les pompiers de   Machault et Vouziers arrivent. Mais soudain une deuxième lueur apparaît. C’est notre motopompe qui est en feu. Quelques pompiers disponibles se précipitent avec un extincteur et la colonne d’eau est retournée sur la motopompe. Notre motopompe nous a joué un drôle de tour. Elle a même failli blesser son    opérateur Michel Gilot. Hors service, elle est mise sur le côté et remplacée par celle de Vouziers.  L’intervention continue avec un petit pincement au cœur pour les pompiers de la commune.

            Le lendemain, on vient constater les dégâts. C’est le bouchon de vidange du réservoir qui s’est dévissé. Tout le tableau de bord et le circuit électrique sont brûlés.

            Mais après de nombreuses heures passées à la réparer et à la repeindre, le moteur est remis en marche avec succès en novembre de la même année avec l’aide de Julien et Marc Gailliot.

 

            Le 12 septembre 2006, le Directeur Départemental des Services d’Incendie et de Secours informe le maire que la motopompe est mise en retraite après 50 ans de service et restituée à la commune.

 

            Suite à la proposition du conseil municipal, l’amicale des sapeurs-pompiers de Saint Etienne rachète en janvier 2007 la motopompe pour un euro symbolique.

            Elle est toujours entretenue et régulièrement mise en marche par les membres de l’amicale et les anciens pompiers.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article